J’ai lu « Tour de France des villes incomprises ». Cergy y tient une bonne place… mais je n’ai pas du tout aimé !

Pourtant le chapitre concernant notre ville commence bien. L’auteur, Vincent Noyoux, explique pourquoi il a choisi Cergy : ni « citée chaude » faisant la une des journaux de 20h00, ni « banlieue cossue », il veut voir la banlieue dont on parle peu ou pas.

Pour le contexte il décrit rapidement Cergy-Pontoise mais dès la 3ème page sur Cergy on y est : clichés, approximations, erreurs, condescendance…

D’abords les clichés : Port-Cergy est une « marina kitsch », un « délire pastiche », Cergy-Village est bien évidemment « le village d’Astérix »… Pour l’auteur le vrai Cergy c’est le « Cergy béton » avec des immeubles « en carton-pâte ». Tout ça je l’ai déjà tellement lu… c’est navrant.

Passons les erreurs : Si si il y a bien des ascenseurs dans les immeubles des Plants, les immeubles de la Justice dépassent bien les 6 étages (ils vont jusqu’à 9, il suffit de compter), et il n’y a pas de tunnel pour rejoindre le quartier préfecture.

En réalité ce qui me me gêne le plus c’est que ce livre est censé faire connaitre notre ville, comme un guide touristique, car elle « gagne a être connue ». Mais alors comment peut-on décrire de façon aussi négative tous les quartiers ? Aucun coin de Cergy ne trouvera grâce aux yeux de l’auteur et je cite :

>> C’est la Préfecture qui prend le plus cher : « carrelage fatigué » ; « immeubles marronnasses et dalles grisâtres » ; la Préfecture est « un jeu de Lego d’un enfant triste », l’Hôtel d’Agglomération un « machin vert », >> Le Village c’est « Cergy-le-Vieux », « encerclé d’immeuble », >> Les Linandes et la Justice ont des « allées bordées d’arbustes rabougris » avec « les peintures ont pris un coup de vieux », >> Cergy-le-Haut : les immeubles ressemblent à une « partie de Tetris interrompue » ? ; on a l’impression d’évoluer dans une « crèche géante » : du grand n’importe quoi.

Saint-Christophe a droit un traitement particulier : une rencontre surréaliste avec Bley Mokono (candidat PS aux départementales de mars 2015 alors en pleine campagne). Le candidat connait naturellement tout le monde, salue tout le monde, au point que sans rire « Ceux qui n’ont pas droit à un mot semblent suspects » ! Heureusement une astérisque précise qu’il a perdu les élections. On est en pleine caricature.

Autres jugements plein d’aplomb : Les 12 colonnes sont « inutiles », les noms de rue sont ridicules…

Alors peut-être que l’auteur n’a passé qu’une demie-journée à Cergy dont il se « moque gentiment », mais après avoir lu son livre rempli de poncifs, je suis resté un peu interrogatif : Qui viendra visiter Cergy après cette lecture ? J’ai grandi, travaillé, étudié dans différents quartiers de cette ville et je ne me retrouve en rien dans cette pathétique description.

Finalement, j’aurais préféré qu’on continue à ne pas trop parler de Cergy.

Commentaires ( 2 )
  1. Le fait d’être élu ne fait pas que vous ayez toujours raison Monsieur Pueyo !
    Je suis tout à fait d’accord avec cette vision: de lumineux et plein d’espoir, Cergy est devenu morne et triste !
    Et ceci malgré les parades artificielles mais sans âme. Nos traditions culturelles sont ignorées, les nouveau immeubles avec leurs fenêtres juste au dessus des rues oppressent et enlaidissent nos avenues, les travaux n’en finissent pas, des rues sont bloquées depuis des années, le nouveau cartier Croix Petit est construit en carrés à la soviétique , les innombrables chariots de super marchés jonchent nos rues, Saint Christophe devient « l’Horloge »….
    Cergy vieilli mal…
    Giljoh

  2. Je ne dis pas avoir raison ! Je donne ma critique de ce livre… qui est sensé donner envie aux gens de venir visiter Cergy !
    Après sur votre constat je le partage… oui on construit trop, trop proche, je le dénonce depuis des années ! (http://www.lesrepublicains-cergy.fr/article-tract-sur-la-croix-petit-une-reconstruction-insensee-59473185.html)
    Le problème des caddies est ignoré, et la plupart des quartiers sont très mal entretenus…
    Ma vision de Cergy et de son évolution n’est pas celle de l’équipe actuelle et je ne suis pas dans le déni des problèmes de Cergy. Néanmoins je n’aime pas qu’on dise de mal de ma ville en faisant croire qu’on en fait la promotion…

Laisser une réponse
Captcha Cliquez sur l'image pour mettre à jour le captcha.