Jouy-le-Moutier : le projet de contournement renaît de ses cendres (Le Parisien)

Et s’il n’était pas nécessaire de traverser toute la ville de Jouy-le-Moutier pour enjamber l’Oise et rejoindre Cergy ? Cette perspective, dont rêvent un grand nombre d’habitants, va peut-être devenir réalité. La municipalité est en train de relancer, avec l’aide du conseil départemental, un projet vieux de quarante ans. Il s’agit de prolonger le boulevard de l’Oise jusqu’à l’Oise, en coupant par une zone non urbanisée. « Aujourd’hui, le boulevard de l’Oise s’arrête face aux champs », pointe le maire (DVD), Jean-Christophe Veyrine.

Historiquement, il a toujours été question de continuer le tracé de ce boulevard structurant dans l’agglomération de Cergy-Pontoise. Mais le projet dépendait du bouclage de la Francilienne, qui n’a jamais vu le jour.

En outre, l’idée de création de ce qu’on avait appelé à l’époque une « rocade de contournement de la ville nouvelle » a été victime de son coût trop élevé. Cet hypothétique tronçon, qui répondait au nom de code de V88, aurait dû relier l’A15 – à hauteur de l’ancien parc d’attractions Mirapolis – à la N 184, au niveau d’Eragny et de Conflans (Yvelines). « Cela représentait un investissement de 32 M€ et de nombreuses expropriations, rappelle le conseiller départemental (LR) Alexandre Pueyo. Ce que nous envisageons maintenant est beaucoup plus atteignable. Nous divisons le coût par deux. »

Il faudra l’aide de la région et des Yvelines

Un préprojet a déjà été réalisé par les services du département. Deux tracés possibles se dégagent, l’un coûtant 14 M€ et l’autre 16 M€ en fonction de leur distance avec les habitations existantes. Leur point commun : elle évite aux automobilistes de traverser Jouy-le-Moutier pour atteindre le carrefour de la Croix-Saint-Jacques, près de l’Oise, et de là, traverser la rivière par l’un des deux ponts très proches. « Ce rond-point est tellement saturé que cela pose des problèmes au niveau des horaires de bus », souligne Alexandre Pueyo.

Le maire Jean-Christophe Veyrine décrit une situation insupportable, avec 9 000 véhicules le matin et autant le soir qui se retrouvent en bas de Jouy-le-Moutier pour enjamber l’Oise. « Nous sommes victimes de ces flux alors qu’un tout petit tracé de 2 km ou 2,5 km de contournement pourrait tout changer. »

La ville espère ainsi délester la rue de Maurecourt et le boulevard d’Ecancourt. Un enjeu d’autant plus important que le futur centre-ville est en cours de construction le long de cette dernière voie. « Maintenant, je vais prendre mon bâton de pèlerin pour aller voir les Yvelines et la région. » Car si le conseil départemental du Val-d’Oise est prêt à mettre la main au portefeuille, il va falloir encore convaincre d’autres partenaires pour espérer finaliser le projet d’ici à quatre ou cinq ans.

Laisser une réponse
Captcha Cliquez sur l'image pour mettre à jour le captcha.