L’A 15 dans le noir est-elle vraiment plus dangereuse ?

L’A 15 dans le noir est-elle vraiment plus dangereuse ?

11 avril 2019 1 Par Alexandre PUEYO

Je réponds OUI ! Et je continuerai à défendre le retour de l’éclairage sur l’A15.
1 ) il n’a jamais été prouvé que le fin de l’éclairage avait fait baisser le nombre d’accidents… d’ailleurs en 2016 le nombre d’accidents avait ré-augmenté. 
2 ) il n’est plus question de ré-éclairer toute l’autoroute mais, selon moi, les principales sorties (Argenteuil…) et connexions avec la RN 184 ou le BIP.
3 ) de nouvelles technologies comme l’éclairage LED, permettront de faire baisser la consommation énergétique.

La Gazette du Val d’Oise 10/04/2019

« Il faut remettre l’éclairage sur une partie de l’A15 » 
Sortir l’A15 du noir. Une volonté pour Alexandre Pueyo. Une nécessité même, dans les zones les plus dangereuses, souligne le conseiller départemental (Lr) de Cergy II. En septembre 2017, l’élu avait ainsi adressé un courrier au préfet du Val-d’Oise, Jean-Yves Latournerie. Objectif : l’inviter à reconsidérer le dossier de l’éclairage sur l’autoroute ou tout au moins à le rouvrir pour qu’une nouvelle réflexion s’engage. Alexandre Pueyo écrivait alors que « depuis plusieurs mois, les accidents se multiplient sur l’autoroute A15. Ces chiffres sont inquiétants et doivent alerter tous ceux qui, élus ou représentants de l’État et des administrations, sont concernés. Les causes de ces accidents sont multiples et bien souvent remettent en cause des idées toutes faites. » Une lettre qui était restée sans réponse affirme Alexandre Pueyo, contrairement à ce qu’indiquent les services de la préfecture. 
Un an et demi plus tard, la réflexion de l’élu n’a pas changé. « Dire que l’absence d’éclairage sur l’A15 a permis de faire baisser le nombre d’accidents, en accroissant la prudence des automobilistes de nuit, est malhonnête. Cette baisse de l’accidentologie se remarque à l’échelle nationale. » Alexandre Pueyo appuie ainsi son propos par un « rebond du nombre d’accidents sur l’A15 en 2017 ». Et d’ajouter qu’une seule étude avait été menée aux Pays-Bas sur la corrélation entre absence de lumière et accidentologie. « Celle-ci concluait que dans le noir le risque d’accident est plus grand. » 
Pour l’élu, « il est nécessaire de remettre en place l’éclairage sur l’A15 autour des principaux échangeurs et sorties (avec la Rn 184 ou le Bip par exemple), déterminés comme étant les secteurs les plus accidentogènes ». Et ce sans que cela représente un coût financier trop important. « Aujourd’hui, il y a de nombreuses technologies qui pourraient nous permettre de payer moins cher qu’avant comme l’éclairage ou bien encore avec des panneaux solaires. Il faudrait faire le test et voir ce qu’il en est. »