Mon abstention sur le Plan Local de Déplacement de Cergy-Pontoise

Mon abstention sur le Plan Local de Déplacement de Cergy-Pontoise

29 juin 2016 2 Par Alexandre PUEYO

Nous étions appelés vendredi matin, au Conseil départemental du Val d’Oise, à nous prononcer sur le Plan Local de Déplacement (PLD) de Cergy-Pontoise.

Même si le Conseil départemental n’a pas à dire à une autre collectivité ce qu’elle doit faire, nous sommes élus sur des cantons et donc des élus locaux. Les 5 communes de mon canton étant toutes membres de l’Agglomération de Cergy-Pontoise, j’ai décidé de m’abstenir sur ce texte car il contient pour moi trop de manques ou de partis-pris idéologiques : Stationnement, commerces de proximité, population étudiante, Serqueux-Gisors… Trop de dossiers sont mal engagés.

 

Ainsi la thématique du commerce est presque totalement absente. Les grands centres commerciaux sont simplement indiqués comme « isolés de la trame urbaine ». Mais surtout le commerce de proximité est totalement oublié dans ce document alors qu’il est justement très dépendant des possibilités de déplacement ou de stationnement : passage d’une rue à sens unique ou piétonnisation, stationnement en zone bleue ou payant, tous ces choix ont un impact fort sur l’activité commerciale de proximité. J’aurais aimé que cela soit abordé.

Absence aussi de grands projets routiers. Alors que l’on souhaite « apaiser la circulation sur la voirie locale » on ne compte que sur les changements d’habitude, en abandonnant les projets de contournement de notre agglomération (entre Boisemont et Jouy ou entre Jouy et Eragny). Cela permettrait pourtant d’éviter le passage des véhicules au cœur des habitations. De même les axes actuels qui devraient fluidifier la circulation sont sur-aménagés : multiplications des feux, chicanes, ralentisseurs, réductions de voie… poussant les automobilistes à rentrer dans les quartiers résidentiels pour trouver une circulation plus simple. Avec, en plus, la lubie du Président de l’agglomération de transformer l’A15 en « boulevard urbain limité à 70 km/h« , comme si cela allait régler le « principal point de congestion » de l’agglomération !

Les conséquences de la ligne de fret Serqueux-Gisors sont elles aussi complètement ignorées alors que 4 villes pourraient être traversées.

Incohérence quand on rentre dans le détail des objectifs comme pour les circulations douces et le vélo. D’un coté la poursuite de la continuité des pistes cyclables, de l’autre une analyse de l’utilisation du réseau Vélo2, sans aucun rapport entre eux. Des objectifs distincts, non-reliés…

Mais surtout deux éléments m’ont poussé à m’abstenir : la prise en compte de la population étudiante et le stationnement.

Bien évidemment, on nous explique que les étudiants n’ont pas de voiture (argument du Maire de Cergy notamment) ! Il suffit pourtant  de voir les abords des résidences étudiantes pour se convaincre du contraire ! Il aurait fallu étudier, dans le PLD, l’augmentation du nombre d’étudiants prévue avec le développement du « Plan Campus ». Quid de leurs déplacements ? Quelles conséquences a l’étalement des résidences étudiantes dans toute l’agglomération, alors que les établissements d’enseignement sont principalement regroupés dans le même quartier ?

Enfin c’est bien la question du stationnement qui est pour moi la plus grande erreur. Que ce soit pour les immeubles de bureaux ou d’habitation neufs, il faut réduire le nombre de places de stationnement. Pourquoi ? car proposer des places « c’est encourager l’usage quotidien de la voiture ». En plus d’être faux, on est sur ce point dans de l’idéologie pur et dur ! Comme si il était facile de se garer dans Cergy ! Comment décrire ces quartiers en manquent structurels de parking qui sont littéralement envahis de voitures sur les espaces publics, les pelouses, les trottoirs, en double file… Ces quartiers sont-ils sûrs et agréables ? Je ne crois pas. On commet la même erreur qu’il y a 20 ans !

 

Evidemment le PLD, c’est plus de 350 pages, il y a de très bonnes choses et un très gros travail effectué : circulations douces, réseaux de bus, partage de voiries, aménagement des gares… d’où ma simple abstention.